créer un blog sur les nouveaux modèles économiques ?

Voilà des années que la réalité et sa prospective produisent des textes qui rendent les romans ennuyeux. Alors que je comprends que quelque chose se prépare, que j’explore les sciences aux diagnostiques les plus sombres sur l’état de notre planète et l’impact que ces bouleversements ont sur mon propre avenir (crise migratoire, politique, économique, alimentaire, sécuritaire et à vrai dire, systémique et injustement globale), je poursuis mes études et me passionne pour le commerce. L’économie et la création d’entreprise ont pour moi cette part de challenge et d’opportunisme qui me permettent d’espérer et de rêver. Mais comment épanouir cette ambition quand on comprend que le grand manège pour lequel j’ai mis ma pièce n’a de sens que dans la participation à une croissance destructrice infinie. Si peu de chance me sont permises pour décrocher le pompon sans en garder les séquelles d’une vie à plier le genoux face à l’irrationalité de sa cadence. J’ai voulu trouver d’autres chemins et ai découvert qu’une autre économie pouvait émerger. Une économie qui offre du sens à l’action, n’en ai pas moins ambitieuse, simplement plus pertinente face au monde tel qu’il est aujourd’hui, tel qu’il n’a progressivement plus rien à voir, en bien ou en mal, avec celui d’hier. J’y ai rencontré de probables solutions pour modifier la trajectoire funeste que notre modèle de société a emprunté il y a 250 ans. Ces réponses me sont apparues comme de si grandes possibilités qu’il me fallait entreprendre en ce sens. Mais la part du colibris ne suffit pas. J’ai donc décidé de consacrer mon temps disponible à diffuser ces idées.

Centre ressource d’une logique économique émergente qui se confronte de plus en plus au réel, je n’adresse pas la Ruche à Loups à ceux qui oeuvre à faire obstacle au changement. Ceux qui ont bien compris que le cynisme est une issue bien plus confortable en période de bouleversement, d’effondrement à venir. Certains même, détournent les rouages d’une économie basée sur le profit, à leur unique profit. La rédaction de ce blog ne vise qu’à démocratiser les constats que beaucoup regardent bêtement de haut, mais aussi les perspectives profondément positives que trop peu sont capables d’entendre. Conçu pour initier à ces sujets, il peut aisément servir de manuel de poche de défense intellectuelle face à ceux qui voudront vous expliquer avec beaucoup d’assurance qu’il n’y a pas d’inondation alors que l’eau arrive à leur cou, ou qu’il n’y pas de sortie de secours quand les têtes finissent sous l’eau. Ce parcours d’initiation aux nouveaux modèles économiques s’adresse à ceux qui seraient tentés de renoncer, soi-disant impuissants pour changer l’ordre des choses, soi-disant personne pour remettre en question. Mais aussi à ceux qui ont déjà résolument choisi de ne pas subir, consommateurs, entrepreneurs, dirigeants, politiques, travailleurs, qui ont compris que l’économie n’était pas une idée enchaînée, mais un ensemble de moyens qu’il convient d’utiliser autrement, avec un peu plus de courage et d’humilité. Aujourd’hui, l’utopie est de croire que nous pouvons continuer à faire tourner le monde comme nous le faisons depuis que la machine à vapeur souffle sa fumée noire. Chaque jours, l’actualité donne raison à cet éveil. C’est pourquoi j’ai entrepris de créer la Ruche à loups, un parcours de déconstruction intellectuelle ayant pour mission de :

  • Démocratiser de nouveaux modèles économiques par la mise en récit des concepts théorisés par un certain nombre de chercheurs, mais aussi mis en pratique par un ensemble d’acteurs économiques engagés dans des démarches positives pour l’Homme et la Nature ;
  • Soutenir la critique du modèle industriel (productiviste) et des aberrations de cette logique obsolète dans le but d’éveiller les consciences sur les limites et menaces de la poursuite de nos mécanismes de productions et de consommation actuels ;
  • Muscler la fibre entrepreneuriale des lecteurs de la Ruche à loups en outillant la quête de sens largement ressentit par de nombreuses générations, au travers d’une approche consciente mais opportuniste et positive de l’effondrement de notre civilisation moderne ;
  • Servir de centre ressource pour aider l’ensemble des acteurs engagés dans ces nouveaux modèles économiques (Universités, collectivités, entreprises, associations et institutions militantes d’un développement durable …) à rendre accessible la compréhension de leur doctrine.

Qui suis-je ?

maxime.salley@clubnoe.com (06.77.10.92.29)

 

  • Salarié du Club Noé, association ayant pour finalité de concourir au développement des nouveaux modèles économiques et plus particulièrement de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération en Hauts-de-France.
  • Diplômé d’un Master 2 Entrepreneuriat et Management de l’Innovation à l’IAE de Lille, j’ai appris à réussir des projets de création d’entreprise ou d’innovation.
  • Porteur du projet de création de l’entreprise Copto, initiateur de projets coopératifs et participatifs, pour une indépendance des économies locales.
  • Créateur du programme modèle 9, j’accompagne des porteurs de projet dans l’agencement et la présentation de leurs modèles économiques.
  • Porteur du projet de création d’entreprise Bifurcateur, bibliothèque virtuelle thématique.