LE BLOG D'UNE AUTRE PERCEPTION DE LA .

Pour des entreprises

Bienvenue sur ce blog conçu comme un parcours d’initiation aux nouveaux modèles économiques, à la doctrine de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération. Encore dissimulée par les nuages de fumée de l’industrie du vieux monde, découvrez une nouvelle manière d’aborder le monde de l’entreprise, une déconstruction nécessaire pour réussir à se projeter dans un développement profondément durable. Ce parcours de lecture suit une chronologie nécessaire, ordonnée au travers de trois chapitres.

Avant-propos.

Dans l’idéal, on avance. Dans le réel, on se cogne. Comment poursuivre la quête d’un développement durable tout en comprenant les contraintes quotidiennes des entreprises, les limites des organisations, les comportements des consommateurs ?

Pour répondre à cette question, l’économie de la fonctionnalité et de la coopération (EFC) expérimente avec succès de nouveaux modes d’organisation et de production qui s’affirment depuis maintenant plusieurs années.

Davantage une démarche à adopter qu’un modèle à suivre, l’EFC est avant tout un ensemble de clés de lecture pour transformer son organisation. S’engager sur cette trajectoire permet de faire converger enjeux économiques, sociaux et environnementaux, sans que le développement de l’une de ces trois sphères ne se fasse au détriment des autres.

Ce n’est donc pas une perspective de décroissance catastrophique, ni même une nouvelle combine marketing pour reverdir l’image des entreprises. Il s’agit bien d’entrevoir une logique économique complète, dépassant le domaine de l’engagement morale des entreprises, qui cantonne l’action à des coûts que l’on subit ou à de simples suppléments d’âme.

Ce concept s’ancre dans une logique dite « Servicielle ». Il s’agit d’une doctrine. C’est-à-dire un langage commun en vue d’une oeuvre commune. Cette finalité commune est de sortir d’un modèle centré sur l’accumulation, le volume et la standardisation.

Il vous faudra donc accepter de déconstruire certaines croyances et remettre en cause un ensemble de mécanismes devenus automatismes, pour percevoir l’entreprise autrement, avec les lunettes de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération.

Oser porter les lunettes de l’économie de la fonctionnalité et de la coopération offre donc une nouvelle perception de ce qui a de la valeur et de la manière de la produire. En mettant au centre de l’organisation les effets utiles et la performance d’usage des biens et services vendus plutôt que leur irrationnelle vente en volume, ce modèle permet de :

  • Faire reposer la rentabilité de l’entreprise sur des ressources immatérielles (compétence, confiance, pertinence…) qui sont illimités, au devant des ressources matérielles qui ne le sont pas.
  • Intégrer dans l’offre et l’organisation des entreprises les enjeux sociaux et environnementaux, sans qu’ils soient considérés par celles-ci comme des coûts contraints ou volontaires par bon cœur.
  • Organiser le travail comme facteur d’émancipation et de santé.
 

Trop concrètement, il s’agit de l’ensemble des transformations qui permettent de sortir d’un modèle centré sur l’accumulation et le volume. 

Trop conceptuel ? Voilà pourquoi il vous faut démarrer le parcours de lecture de la Ruche à loups, illustré et accessible à tous en cliquant ici !